Mélinda Schilge

Pour le collectif

Auteur(e)s, j’irai lire chez vous : interviews d’auteurs à partir de la chronique de l’un de leurs livres visant aussi à découvrir leur expérience éditoriale ou pas.

xx

Mélinda Schilge est une auteure indépendante qui a soif de découvertes.

« La vie n’est qu’un puzzle, la difficulté de l’assemblage en constitue aussi le principal attrait…

Voilà une vision qui correspond à mon travail d’écrivain. Je compose mes livres à partir de bribes de vie, de faits historiques, ou d’intérêts scientifiques. Ils sont parfois traversés de traits poétiques, ils deviennent finalement des romans d’apprentissage, animés d’une intrigue, adoucis par une (des) rencontre(s) amoureuse ou pas.

Un pied dans le monde des entreprises, un autre dans celui de l’écriture, Résurgence d’un cœur oublié (nouvelle version de Le comptable) est un premier roman : je me lance dans l’édition indépendante.

Le deuxième est Ciao bella, la vie l’emportera. Il interroge les avancées scientifiques à travers le combat difficile d’un ingénieur, qui doit aussi lutter contre ses propres démons.

Il est suivi de Dernière Ambition, un roman historique (de l’Épuration d’après-guerre aux municipales de 1995, qui confronte les générations).

Le dernier, Tous les matins elle boitait, s’inscrit dans la période des années folles et s’engouffre dans l’entre-deux guerres.

Mes partenaires sont des bêta-lecteurs et autres relecteurs de talent qui m’ont épaulée, ainsi que des chroniqueurs et des graphistes.

Et je travaille à partir d’interviews et de recherches documentaires. »

Son blog : http://partagerlecture.blogspot.com/

Bibliographie :

** Tous les matins, elle boitait : « Ce roman m’a permis d’explorer la fragilité de ma région natale : l’Alsace, tout en découvrant depuis Paris les enjeux d’une période tendue : le milieu du XXe siècle.

Voilà des avis de lecteurs :

« J’ai beaucoup apprécié ce roman, tout d’abord par son fond historique
et la capacité de Mélinda de plonger son lecteur dans ces années où
l’insouciance va laisser la place à l’horreur. »

« Jeanne est un personnage
vraiment tragique dans sa lutte du pot de terre contre le pot de fer. Tout
est joué d’avance mais comment faire pour empêcher
l’inéluctable ? »

« J’ai surtout aimé l’écriture de Mélinda, elle a le talent
rare de savoir adapter sa plume à l’époque de son récit. C’est un peu
mondain, bourgeois, suranné ; même la description de la scène d’amour
entre Jeanne et son mari a ce petit caractère désuet. »

** Ciao Bella : «Ingénieur, Benjamin se révèle incapable de réagir à un projet visant à déverser des drones autonomes au cœur des villes. Il pressent que le programme est un danger pour les populations, même si l’engin doit bénéficier de son propre réseau, mais il est entravé par le poids du suicide de sa tante, et son enthousiasme pour la haute technologie a pris fin en Afghanistan, où il a appris à ses dépens qu’un esprit malveillant peut transformer le drone en arme. Les intérêts de Buleo, son entreprise, et ceux du ministre des transports, ou même ceux de Tanya, sublime arriviste en charge de la communication du projet, sont autant d’obstacles à franchir, et les stratagèmes qu’il imagine ne suffisent pas à ébranler une machinerie bien huilée, soi-disant au service de tous. Parallèlement, Habib Khan, l’Afghan à l’origine du drame qu’il a vécu en Afghanistan, poursuit ses manœuvres pour parvenir à utiliser le Junction à des fins de vengeance. Il compte sur son frère Mahdi, et sur sa femme Asima, réfugiés en France, avec qui il a engagé une lutte contre les talibans. Benjamin parviendra-t-il à recouvrer l’envie de se battre ? En aura-t-il les moyens ? Sera-t-il de taille face à l’ambition démesurée des Français, et à la détermination de Khan ? »

** Dernière ambition : « Ce roman développe une intrigue tirée de la période de l’épuration, et se situe à l’aube d’internet, dans les arcanes d’une campagne municipale. Plusieurs générations s’y confrontent : un homme d’affaires trouble, son homme de main imprévisible, des sexagénaires hauts en couleur et des jeunes entreprenants.
Ce livre explore la vie d’une campagne municipale animée pendant les années 90, une période foisonnante. Les jeunes se cherchent, les anciens veulent laisser une ultime trace…
Quelles rencontres vont être possibles ? Jusqu’à quel point vont-ils défendre leurs intérêts ?
»

** Résurgence d’un cœur oublié : « Il y a quelques années, un entretien m’a fait découvrir une entreprise de soutiens-gorge. Une gestionnaire dans ce monde-là, ce n’est pas banal. Parallèlement, je réfléchissais aussi à une question : Qu’en est-il de l’apparente insensibilité de certains hommes intravertis ? Mon roman est né de cette interrogation-là et de mon envie de mettre en écriture des expériences tirées de mon milieu professionnel, là où des hommes formatés par des obligations sociales et des femmes obligées de se battre du fait d’une reconnaissance moindre, vont réussir à construire un compromis bienveillant. »

»

Écrivez-moi
melinda.gonnet@gmail.com

Retrouvez-moi

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :